Le L-Għana, une tradition du chant populaire maltais

   

Votre navigateur n'est pas supporté par cette application. Merci d'utiliser des versions récentes de navigateurs tels que Google Chrome, Firefox, Edge ou Safara pour accéder aux interfaces 'Dive'.

Inscrit en 2021 (16.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

© Adrian Camilleri, 2020 :

Le Għana (prononcé « ana ») est utilisé pour décrire trois types apparentés de chants populaires maltais en rimes. De nos jours, la forme de Għana la plus populaire est celle dite de « l’esprit vif », un duel improvisé entre 2 ou 4 chanteurs, où l’importance tient aux rimes, à une argumentation convaincante et à la drôlerie de la répartie. Le Għana basé sur des faits est un long poème narratif chanté par un soliste, généralement de mémoire, afin d’inscrire des événements locaux importants dans la mémoire collective. Le style Bormla du Għana est composé de paroles simples chantées dans une tessiture large et un style vocal particulier, où une seule syllabe est chantée dans une succession de notes différentes. Historiquement, ce style était souvent chanté par des femmes, mais il a perdu en popularité aujourd’hui au profit du style de l’esprit vif, plutôt pratiqué par des hommes. Des sessions de Għana sont organisées tout au long de l’année dans divers sites publics ou privés, ainsi que dans des festivals et des célébrations de plein air. Une forte complicité s’instaure entre les interprètes et le public par des échanges amicaux, car la pratique consistant à échanger des blagues et à se remémorer des expériences en commun nourrit le sentiment d’appartenance à une histoire, une communauté et une identité partagées. Faisant partie intégrante de la culture maltaise, le Għana est considéré comme essentiel à la transmission et au développement de cette langue sémitique unique qui reflète les influences arabes, italiennes et anglaises sur l’île.

Top