La construction et l’utilisation des pirogues monoxyles expansées dans la région de Soomaa

    

Votre navigateur n'est pas supporté par cette application. Merci d'utiliser des versions récentes de navigateurs tels que Google Chrome, Firefox, Edge ou Safara pour accéder aux interfaces 'Dive'.

Inscrit en 2021 (16.COM) sur la Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente

© Estonian National Museum, 2019 :

La pirogue estonienne de la région de Soomaa est une embarcation semblable à un canoë creusée à partir d’un seul tronc d’arbre (généralement un tremble), qui se caractérise par des parois expansées et une base peu profonde. La construction d’une pirogue est un processus complexe, qui va de la recherche du bon arbre à la mise à l’eau. La construction de pirogues est une activité communautaire à laquelle participent des maîtres et des apprentis, mais aussi d’autres membres de la communauté. La pratique se transmet par l’apprentissage et par des études formelles, et s’accompagne de récits narrant les épopées des maîtres légendaires et de leurs bateaux. Les pirogues constituent un élément fondamental de la culture quotidienne des habitants de Soomaa. Jusqu’au milieu du XIXe siècle, elles étaient utilisées quotidiennement comme moyen de transport et pour la pêche. Avec l’apparition de bateaux plus modernes et moins coûteux, ainsi que le développement des réseaux routiers, les pirogues ne sont plus aussi indispensables à la vie quotidienne. Malgré leur importance culturelle et leur utilisation récréative (par exemple, pour les excursions dans la nature et la pêche de loisir), cet élément est également menacé par des facteurs tels que le manque de transfert de connaissances entre les maîtres et les apprentis, la faible demande de construction et d’utilisation des bateaux, la disponibilité limitée des matières premières et le déclin des populations dans la région de Soomaa. Par conséquent, seuls cinq maîtres-praticiens subsistent encore et une ou deux pirogues par an seulement ont été construites ces vingt dernières années.

Top