L'UNESCO publie des études de cas sur le patrimoine vivant et le changement climatique en Afrique de l'Est

  • 18 janvier 2022
Des femmes montrent comment elles cuisinent en utilisant un baril métallique et une cuvette de lavage pendant les inondations, Soudan du Sud
Des femmes montrent comment elles cuisinent en utilisant un baril métallique et une cuvette de lavage pendant les inondations, Soudan du Sud
© UNESCO

L’UNESCO a publié une série d’études de cas dans le cadre du projet pilote visant à soutenir la recherche et la documentation sur les systèmes de connaissances traditionnelles, reconnus comme faisant partie du patrimoine vivant des communautés, pour la conservation de la biodiversité, le changement climatique et la réduction des risques de catastrophes en Afrique de l’Est.

Réalisé en 2021, le projet a mobilisé des équipes de chercheurs en Érythrée, Éthiopie, Kenya, Seychelles, Somalie, Soudan du Sud, et Ouganda afin d’entreprendre des recherches sur les systèmes de connaissances traditionnelles liés à la conservation de la biodiversité, au changement climatique ou à la réduction des risques de catastrophes.

Ils ont reçu des conseils d’un groupe consultatif réunissant différentes organisations dans le domaine, notamment le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), le Bureau des Nations Unies pour la prévention des catastrophes (UNDRR) et le Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM). Le projet a également contribué à renforcer les synergies entre les secteurs de la science et de la culture de l’UNESCO en s’appuyant sur les conseils, les ressources et les réseaux du programme Systèmes de savoirs locaux et autochtones (LINKS) et de l’entité Patrimoine vivant.

La publication finale présente les sept études de cas, qui couvrent plusieurs sujets et aspects du changement climatique dans ces pays. Elles démontrent collectivement comment le patrimoine vivant contient des connaissances détaillées sur la flore, la faune et les écosystèmes locaux. En même temps, ces connaissances et pratiques s’inscrivent dans des contextes sociaux et culturels plus larges, qui façonnent la manière dont les communautés comprennent le monde et s’y rapportent. La transmission de ces connaissances et pratiques véhicule et grave donc des valeurs envers la nature, favorisant souvent les notions de respect et de connectivité avec l’environnement.

Le Bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Est a coordonné le projet pilote et a produit la publication en collaboration avec l’Université des Seychelles. Une conférence régionale en ligne a été organisée le 30 avril 2021, au cours de laquelle les équipes de recherche nationales ont partagé leur expérience et préparé de courts documentaires vidéo.

Pour lire la publication, visitez la page en ligne.

En savoir plus sur le patrimoine vivant et les peuples autochtones.
Top